La Montagne (France)

La demande en mariage : un rite qui déçoit... 80 % des femmes !


A l'été, les unions devant le maire se multiplient et font parfois des émules. Mais pour y arriver, mieux vaut réussir sa demande en mariage, qui se doit d'être inoubliable. Romantique, originale, loufoque. Elle est pourtant parfois... terriblement banale.


Dîner aux chandelles, musique douce, coucher de soleil ou lieu atypique : nombreuses sont celles à rêver d'un « Veux-tu m'épouser ? » prononcé par l'homme de leur vie. Un instant magique, voire le fantasme de toute une vie pour les plus fleur bleue.


Oser le romantisme ?


Idéalisée par les films à l'eau de rose, la demande en mariage représente tout un rite protocolaire qui se doit d'être fidèle aux attentes des femmes. Selon une enquête réalisée par le site de rencontres Smartdate, près de la moitié d'entre elles souhaitent d'ailleurs une déclaration romantique.


Des fleurs parfumées, une tenue parfaite, une journée idéale, un temps divin, un discours impeccable prononcé avec un genou à terre et le menton tremblotant, l'inévitable petite larme à l'oeil et (enfin !) une bague somptueuse.


Les hommes préfèrent la banalité


Mais c'est compter sans les hommes, toujours prêts à fuir l'overdose de bons sentiments. Les demandes dignes d'Hollywood n'ont en effet pas leurs faveurs. Ils sont 58 % à vouloir la faire de façon... banale : autour d'une conversation, sans préparatifs et sans aucune mise en scène.


Pourtant, des sites internet proposent d'aider à l'organisation de ce grand événement. Et avec eux, impossible de faire dans le conventionnel.


Des demandes... originales


Les demandes les plus loufoques sont imaginables. Un magicien se rendant au domicile de l'heureuse élue pour lui remettre un pli mystérieux. Sur un camion publicitaire, au pied de la Tour Eiffel ou au stade de France. Comble du spectaculaire, une patrouille de voltige aérienne peut même apparaître dans le ciel pour y dessiner un immense coeur en fumigène. De quoi satisfaire les 80 % de femmes qui déclarent avoir été déçues par la demande en mariage qui leur a été faite.


Raymond Domenech aurait d'ailleurs dû s'en inspirer, lui qui détient la palme de la demande la plus maladroite. Rappelez-vous : à l'issue de la défaite de la France contre l'Italie (en finale de la Coupe du Monde de football 2006), il est interrogé par toutes les caméras sur son avenir dans le football français. Au lieu de dévoiler son plan de carrière, il répond : « Aujourd'hui, je n'ai qu'un seul projet, c'est épouser Estelle. Dans ces moments-là, on a besoin des gens proches. Et là, j'ai besoin d'elle ». À croire que l'intéressée n'a pas vraiment apprécié, puisque le couple n'est toujours pas marié...


Les scénarios proposés sur internet permettent de réaliser les fantasmes des femmes : avoir réussi à mettre un homme à ses pieds, être considérée par l'être aimé comme la personne la plus précieuse qui soit et être traitée comme une princesse.


Et après ?


Car après la demande, s'en suit une période grisante pour la future mariée : le choix de la robe, de l'alliance, les préparatifs et les invitations. Quitte à préférer une célébration traditionnelle et classique, avec garçons et filles d'honneur, pièce montée et Ave Maria.


Mais quand le mariage est évoqué, les tendances s'inversent. Si les hommes ne veulent pas d'une demande originale, ils préfèrent une cérémonie hors des sentiers battus : un lieu insolite, un thème précis ou un cortège déguisé. Qu'ils se rassurent : malgré les désaccords éventuels, rien ne pourra empêcher leur dulcinée de se faire passer la bague au doigt !


Sophie Peyrol


ApoteoSurprise

101 rue de Sèvres

75006 Paris (France)

0033 6 03 15 37 06

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon
  • Black Pinterest Icon

Disclaimer - Terms - SARL company with a capital of 10,000 euros - SIRET 482 226 909 00026 - RCS Paris B 482 226 909 - PCL Hiscox No. HA RCP0230415

Copyright © 2006-2020 ApoteoSurprise, All rights reserved, Concept and scenarios registered, Trademark No. 043329077 registered at INPI Property Institute