Le Parisien (France)

Saint-Valentin, quand l'amour fait recette...


Déferlante en vue. Comme chaque année, une pléiade de marques petites et grandes va rivaliser d'inventivité pour profiter de la manne financière générée par la Saint-Valentin. Si aucune étude n'a encore mesuré les retombées économiques globales de cette fête sur le territoire hexagonal, les derniers indicateurs connus confirment l'enjeu : selon un sondage TNS Sofres, en 2008, 60 % des Français se déclarant concernés comptaient célébrer l'événement. « C'est assez paradoxal, remarque Nicolas Garreau, fondateur d'ApoteoSurprise qui organise des déclarations d'amour et demandes en mariage en limousine, yacht, etc. D'un côté, la Saint-Valentin ennuie tout le monde et suscite une résistance en raison de sa connotation mercantile. Mais de l'autre, la plupart des couples y cèdent. » Des hommes et femmes qui ne lésinent pas sur les moyens : 44 % prévoyaient un budget supérieur à 50 euros pour gâter leur moitié, à en croire l'enquête en ligne menée début 2008 par le comparateur de prix Cashtore auprès de 400.000 membres.